morceau


morceau

morceau [ mɔrso ] n. m.
• 1480; morsel 1155; de l'a. fr. mors « morceau, morsure »
1Partie, quantité qui a été séparée d'un aliment, d'un mets solide (soit pour être mangée en une bouchée, soit pour constituer une portion, une part). bouchée, bout, rondelle, tranche. Avaler un gros morceau. Morceau de pain ( quignon) , de poisson ( darne, 2. filet) . Un morceau de fromage. Légumes coupés en petits morceaux ( 1. julienne) . Morceau de sucre; sucre en morceaux.
Par ext. Mets entier détaché ou pouvant être détaché d'un tout (bête de boucherie). Morceau de bœuf, de porc. Les fins, les bons morceaux. Morceaux de choix, de roi, les meilleurs. Bas morceaux. Loc. Manger un morceau : faire un petit repas (cf. Casser la croûte). Emporter le morceau. Fam. Casser, cracher, lâcher, manger le morceau : avouer, parler (cf. Se mettre à table). — Fam. C'est un gros morceau, qqch. dont on vient difficilement à bout.
2Partie d'un corps ou d'une substance solide. bout, bribe, éclat, fraction, fragment, grain, parcelle, 1. part, partie, vx pièce, portion, quartier, segment, tronçon. Morceau de ficelle, de papier, de tissu. Couper, déchirer, mettre en morceaux. morceler; briser, hacher, pulvériser. En mille morceaux : cassé en nombreux fragments (cf. En pièces, en miettes). La vitre est en mille morceaux. Fig. et fam. Recoller les morceaux : se réconcilier, en parlant d'un couple désuni.
Partie distincte, mais non séparée d'un tout. Morceau de terre. coin, lopin. Un bon morceau de. partie. C'est fait de pièces et de morceaux. disparate; 1. mosaïque, patchwork.
3Fragment, partie d'une œuvre littéraire. extrait, passage. Morceau excellent, faible. Spécialt Morceaux choisis : recueil contenant des passages d'auteurs ou d'ouvrages divers. ⇒ anthologie, chrestomathie, compilation, florilège. Un morceau d'anthologie. Morceaux de bravoure.
4Mus. Fragment complet d'une œuvre instrumentale en plusieurs parties (pour les formes fixes [sonates], on dit plutôt mouvement). Les deux premiers morceaux d'Iberia.
Cour. Partie quelconque d'une œuvre musicale; partie du programme d'un concert, d'un spectacle. Le public a vivement applaudi le dernier morceau. Œuvre musicale généralement assez courte considérée comme un tout. pièce. Morceau de piano. Morceau de concours. Exécuter un morceau.
5Arts Fragment de peinture considéré au point de vue de l'exécution. « Le morceau le plus parfait qu'il y eut au Salon » (Diderot). Par ext. Œuvre. Morceau d'architecture.
6Fig. et fam. Un sacré morceau : une personne grande et forte.
⊗ CONTR. Bloc, tout.

morceau nom masculin (ancien français mors) Chacune des parties détachées d'un objet qui a été brisé, coupé, etc. : Un vase brisé en mille morceaux. Quantité qu'on prélève sur un tout : Prendre un bon morceau de beurre. Petite quantité de quelque chose : Écrire sur un morceau de papier. Présentation de certains aliments (en particulier du sucre) sous une forme solide, correspondant parfois à une dose, souvent calibrée : Sucre en morceaux. Partie de la carcasse d'un animal comestible : Les bas morceaux du bœuf. Partie de quelque chose ; bribe : Des morceaux de sa vie lui revenaient en mémoire. Extrait, fragment d'une œuvre littéraire : Recueil de morceaux choisis. Œuvre ou fragment d'œuvre musicale. Œuvre ou partie d'une œuvre d'art considérée sous le rapport de sa qualité, de son achèvement. Populaire. Personne assez corpulente : Quel morceau ! Familier. Chose énorme (à faire) : Ce boulot, c'est un sacré morceau.morceau (expressions) nom masculin (ancien français mors) Un (beau) morceau de quelque chose, un fragment, un passage, un objet, un ouvrage considéré de tel ou tel point de vue : Sa conclusion est un beau morceau d'éloquence. Populaire. Casser le morceau à quelqu'un, lui faire une révélation désagréable ; s'expliquer clairement avec lui. Emporter, enlever le morceau, enlever une affaire. Populaire. Manger, lâcher, cracher le morceau, faire des aveux complets. Familier. Manger un morceau, faire un repas léger ou rapide. Mettre en morceaux, briser quelque chose, anéantir quelqu'un. Morceau d'agrément, œuvre qu'un artiste présentait à l'Académie royale de peinture et de sculpture pour y être agréé et pouvoir exposer au Salon. Morceau de réception, œuvre qu'un artiste présentait pour être reçu académicien. Morceau de roi, de prince, chose très satisfaisante, très désirable. Familier. Un beau morceau (de femme), une belle femme, une femme bien en chair. ● morceau (synonymes) nom masculin (ancien français mors) Chacune des parties détachées d'un objet qui a été brisé...
Synonymes :
- débris
- éclat
Quantité qu'on prélève sur un tout
Synonymes :
- bouchée
- goulée (vieux)
- lichette (familier)
Partie de la carcasse d'un animal comestible
Synonymes :
Partie de quelque chose ; bribe
Synonymes :
- étape

morceau
n. m.
d1./d Partie séparée (bouchée, portion) d'un aliment solide. Morceau de brioche.
|| Fam. Manger un morceau: se restaurer rapidement.
Fig., Fam. Manger, cracher, lâcher le morceau: passer aux aveux.
|| Pièce de bête de boucherie ou de volaille. Morceau de choix. Les bas morceaux.
d2./d Partie d'un corps ou d'une matière solide; partie d'un objet brisé. Morceau de bois, d'assiette. Mettre en morceaux.
être fait de pièces et de morceaux, d'éléments disparates.
|| Partie non séparée, mais distincte, d'un tout. Morceau de ciel.
(Québec) Partie d'une tenue vestimentaire. Un morceau de linge.
d3./d Partie, fragment d'une oeuvre (d'art, de littérature, etc.). Recueil de morceaux choisis.
|| Objet, ouvrage pris dans sa totalité. Morceau de musique.

⇒MORCEAU, subst. masc.
I. — Partie d'un aliment, d'un mets solide.
A. —Partie d'un aliment qu'on saisit en mordant. Synon. bouchée. Elle essaya de manger. Les morceaux l'étouffaient (FLAUB., Mme Bovary, t.2, 1857, 47). Louise lui tendait le plat. Il se servait, cassait son pain en petits morceaux, et lentement, commençait à manger (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.231).
Au fig. Un gros morceau (à avaler). Quelque chose dont on vient à bout difficilement. Un des projets secrets de Delaveau avait toujours été d'acheter le haut fourneau, ainsi que le vaste terrain qui le séparait de son usine (...). Mais c'était là un bien gros morceau (ZOLA, Travail, t.1, 1901, p.127).
Loc. pop. et fam.
Avoir, obtenir qqc. pour un morceau (une bouchée) de pain. Avoir, obtenir pour une très petite somme. Car j'ai habité autrefois tout près d'ici, quelque chose que j'avais déniché, que j'avais eu pour un morceau de pain (PROUST, Sodome, 1922, p.972).
Casser le morceau à qqn. Dire à quelqu'un ses vérités. Bon, eh bien tu leur casseras le morceau; tu leur demanderas comment ça se fait que les curetons soient toujours fourrés avec les officiers (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p.240).
Emporter, enlever le morceau. Finir par obtenir gain de cause:
1. Pour un Guermantes (...), être intelligent, c'était avoir la dent dure, être capable de dire des méchancetés, d'emporter le morceau, c'était aussi pouvoir vous tenir tête aussi bien sur la peinture, sur la musique, sur l'architecture, parler anglais.
PROUST, Guermantes 2, 1921, p.441.
Gober le morceau (en parlant du poisson). Mordre à l'appât. P. métaph. Se laisser attraper. (Ds LITTRÉ, DG, ROB.).
Lâcher, manger le morceau. Avouer, dénoncer ses complices. Synon. se mettre à table. Ce brave garçon, dégoûté de la besogne immonde qu'on lui faisait accomplir, s'était décidé à manger le morceau et à documenter les nationalistes (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p.219).
Ne pas lâcher le morceau. Résister fermement. Alors on a été aux groupes de combat, parce qu'il y en avait là-dedans qui ne lâchaient pas le morceau, des grands types, des culottés, ceux qui avaient sauté les premiers et qui s'accrochaient dur (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.243).
S'ôter les morceaux de la bouche. S'imposer de grandes privations. — Ah! murmura au bout d'un moment Martine (...). Un vrai coeur d'or, qui s'ôterait les morceaux de la bouche (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p.14).
B.P. ext. Partie, quantité plus ou moins importante d'un aliment. Morceau de pain (synon. quignon); morceau de fromage; morceau de saucisson (synon. rondelle):
2. ... les fils du comte blâmaient la manie qu'avait le géomètre (...) de choisir, sans vergogne, le meilleur morceau en repoussant au fond du plat les parts moins belles, celles des autres.
ADAM, Enf. Aust., 1902, p.228.
Fam. Compter les morceaux à qqn. Nourrir quelqu'un avec parcimonie. (Dict. XIXe et XXe s.).
Fam. Manger un morceau. Faire un repas léger et rapide. — N'avez-vous pas faim? Ne mangeriez-vous pas un morceau? (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.219).
Morceau de résistance. Mets essentiel d'un repas. Synon. plat de résistance. Au fig., fam. La partie essentielle de quelque chose:
3. La séance [à la Chambre] n'était pas encore commencée — la suspension allait prendre fin — puis (...) on attaquerait le morceau de résistance où, c'était certain, Gardas comptait bien jouer son solo.
VIALAR, Bête de chasse, 1952, p.177.
C. En partic. Partie séparée d'un animal de boucherie. Un morceau de boeuf, de mouton, de veau; les bas morceaux, les bons morceaux; des morceaux de choix. Voici la fressure de trois agneaux: c'est de quoi nourrir vingt hommes. Le roi choisira les morceaux les plus délicats; il distribuera le reste à ses amis (ABOUT, Roi mont., 1857, p.249). Il envoyait les meilleurs morceaux à Mademoiselle Élise Guerrier, pour qui il avait une préférence imperceptible et décidée. Il choisissait pour elle, dans la longe de veau, le morceau du rognon, et dans le rôti de porc la tranche la plus rissolée (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.488). Il y aurait de l'affectation à choisir exprès un mauvais restaurant, ou un menu spartiate, sous prétexte que les poilus n'ont pas tous les bons morceaux qu'on souhaiterait de grand coeur leur procurer (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.153).
Morceau(x) du boucher. Petits morceaux de boeuf particulièrement recherchés (araignée, merlan, poire).
P. anal. [La femme est considérée du point de vue des désirs qu'elle inspire, de l'appétit sexuel qu'elle éveille] Un morceau de roi. Une femme bien en chair et désirable. Catherine est un morceau de roi (MUSSET, Lorenzaccio, 1834, IV,1, p.214).
Pop. Un beau, joli morceau. Magnifique morceau de femme cette Levantine, deux fois plus forte que moi (...) sa taille serrée dans une cuirase d'or vert (A. DAUDET, Nabab, 1877, p.21).
II. — Partie rompue, coupée, brisée d'un corps ou d'une substance solide.
A. —[En parlant d'un être humain coupé (dépecé) en morceaux] Il a assisté un jour à l'exécution de quatre criminels, dont les morceaux dépecés étaient roués par le bourreau (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p.35).
En morceaux. Grièvement blessé. On m'a retiré trois fois de là-dedans en morceaux, une fois avec tout le poil roussi, une autre avec de la terre jusque dans le gésier, la troisième avec le ventre gonflé d'eau comme une grenouille (ZOLA, Germinal, 1885, p.1138).
Locutions
Couper, mettre, réduire qqn en morceaux. Vaincre totalement quelqu'un. Écoutez, dit Edmond, que la présence de Mme Beurdeley rendait méchant, je vous les donne, les socialistes, vous pouvez les couper en petits morceaux (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.282).
Avoir le coeur en morceaux. Avoir le coeur brisé. C'est bien, vous êtes libre, dit Tartarin, résigné; mais au fond le pauvre homme avait le coeur en morceaux (A. DAUDET, Port-Tarascon, 1890, p.223).
Fam. Ramasser, récupérer les morceaux. Sauver ce qui peut être sauvé après que quelqu'un a vécu une situation difficile. Un homme différent est sorti des mains de l'analyste. Il ramasse les morceaux et balaye le reste (CHOISY, Psychanal., 1950, p.224).
B. —[En parlant d'une substance solide] Morceau de bois, de charbon, de métal, de verre (synon. éclat, fragment); morceau de drap, d'étoffe, de papier (synon. lambeau). Le drap de son habit était cousu à la doublure des manches pour que les morceaux tinssent ensemble (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p.6). Elle prend la seule assiette de la vieille, la casse en morceaux, et la voilà qui danse (...) en faisant claquer les morceaux de faïence aussi bien que si elle avait eu des castagnettes d'ébène ou d'ivoire (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.44).
En mille, en petits morceaux. En de multiples fragments. Je pris un parti: ce fut de (...) déchirer la lettre en mille morceaux (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p.168).
Fait de pièces et de morceaux (au fig.). Sans unité, disparate. Féodalement libéral, aristocrate et démocrate, esprit bigarré, fait de pièces et de morceaux, Montlosier accouche avec difficulté d'idées disparates (CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.475).
III. — Partie distincte mais non séparée d'un tout. Morceau de terrain, de terre (synon. parcelle); morceau de ciel (synon. coin). Nous autres paysans, dans les environs de la ville, nous ne pensons qu'au citoyen Cambon, qui fait mettre les terres des émigrés en petits morceaux, pour que chacun puisse en acheter sa part (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.94).
Au fig. Partie de quelque chose qui n'est divisible qu'en pensée. Morceau de vérité. Je me souviens de tout ce que j'ai fait dans la vie. Ça vient par gros morceaux, serrés comme des pierres (GIONO, Colline, 1929, p.83):
4. La propriété du paysan est un morceau de sa vie (...). Sa propriété est un fragment de la patrie immédiate, de la patrie locale, un raccourci de la grande patrie.
JAURÈS, Ét. soc., 1901, p.258.
Morceau(x) par morceau(x). Progressivement, à la suite l'un de l'autre. L'orage flottait dans l'air. Sous la lente poussée d'une brise d'ouest, une invasion de nuages lourds gagnait morceaux par morceaux le ciel demeuré jusqu'alors d'une limpidité immaculée (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 1re partie, VII, p.80). Un tableau de la société (...) ne gagnerait pas à se répéter de nos jours? Une telle investigation du monde social, morceau par morceau, région par région (...) prendrait maintenant quelque chose de bien mécanique, de bien prévu (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.VIII).
IV. — Partie détachée d'une oeuvre de l'esprit.
A. BEAUX-ARTS. Fragment d'une oeuvre considérée uniquement du point de vue de l'exécution. [Dans le tableau du Sacre] Et si quelques morceaux ne sont pas dignes du chef-d'oeuvre central, c'est que David passa la main à Rouget (A.MICHEL, Peint. fr. XIXe s., 1928, p.32):
5. [De l'abus de l'esprit chez les Français] (...) Le peintre pense moins à exprimer son sujet qu'à faire briller son habileté, son adresse; de là la belle exécution, la touche savante, le morceau supérieurement rendu...
DELACROIX, Journal, 1851, p.431.
B. LITT. Fragment d'une oeuvre littéraire. Synon. extrait, passage. Je me rappelle encore l'impression que fit sur moi la première lecture d'un morceau de l'Émile où Jean-Jacques peint la nécessité d'avoir senti la nature pour en jouir (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1809, p.46).
Morceau d'anthologie, de bravoure (v. ce mot III B 2), d'éloquence. Partie d'une oeuvre particulièrement réussie et digne d'être prise comme modèle.
Morceaux choisis. Extraits d'oeuvres d'un même auteur ou de divers auteurs regroupés dans un recueil:
6. Humaniste, mon grand-père tenait les romans en petite estime; professeur, il les prisait fort à cause du vocabulaire. Il finit par ne plus supporter que les morceaux choisis et je l'ai vu, quelques années plus tard, se délecter d'un extrait de Madame Bovary...
SARTRE, Mots, 1964, p.51.
C. MUS. Fragment complet d'une oeuvre instrumentale. Synon. mouvement. La Symphonie pour un homme seul comporte, au lieu des quatre ou cinq mouvements classiques une dizaine de morceaux, — on pourrait dire «séquences» — qui sont sensiblement articulés entre eux comme les maillons d'une chaîne (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.65).
P. ext. Œuvre musicale considérée comme un tout. Avant notre mariage, je l'avais crue [ma femme] musicienne. Elle paraissait comprendre les morceaux qu'elle jouait, soulignés par son professeur. À peine mariée, elle a fermé son piano, renoncé à la musique (A. DAUDET, Femmes d'artistes, 1874, p.107). Piano, violon, violoncelle. Première épreuve éliminatoire: un morceau au choix et le morceau imposé (Enseign. mus., 1, 1950, p.14).
Morceau détaché. On appelle morceau détaché tout fragment, complet en lui-même, tiré d'un opéra, d'une symphonie, etc., et joué ou publié séparément (BRENET, Dict. prat. et hist. mus., 1926, p.114).
P. méton. Partition musicale. Corinne repoussa des morceaux de musique; ils tombèrent du sofa en se froissant (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.235).
V. — Toute oeuvre artistique ou littéraire considérée comme un tout.
A. BEAUX-ARTS. Morceau de peinture, d'architecture. L'ancien expert du Musée avait estimé onze mille francs la Vierge du Valentin et le Christ de Lebrun, morceaux d'une beauté capitale (BALZAC, Curé Tours, 1832, p.230). La porte du kan d'Hassad-Pacha, qui donne sur le bazar, est un des morceaux d'architecture moresque les plus riches de détails et les plus grandioses d'effet que l'on puisse voir au monde (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.230).
B. LITT. Lorsque je composai ce morceau funéraire qui n'est qu'un long regret de mon bonheur passé, j'étais vêtu de noir (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p.282). Syveton avait fait taper à la machine sa déclaration aux jurés, dont Lemaître nous donna lecture. C'était un beau morceau, saisissant et sobre (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p.238).
C. MUS. Morceau de musique. Mme Lebrun (...) me dit avec un accent pénétré: (...) je défie tous ces petits (...) des classes de contrepoint du Conservatoire d'écrire un morceau aussi bien ficelé et aussi crânement religieux [il s'agit d'un O Salutaris] (BERLIOZ, Grotesques mus., 1869, p.202). Tous les morceaux du Répertoire grégorien ont été conservés intégralement (...) dans les manuscrits antérieurs au seizième siècle (POTHIER, Mélod. grégor., 1890, p.IV).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1120-50 morsel «partie d'un mets solide que l'on détache en mordant» (Grand mal fist Adam, éd. H. Suchier, 9 a); b)1155 «partie séparée d'une chose comestible» (WACE, Rou, éd. I. Arnold, 11 804); 2. a) 1666 «fragment d'un ouvrage d'esprit» (MOLIÈRE, Le Misanthrope, I, 2); b) 1690 «oeuvre artistique» (FUR.); 3.a)1798 manger le morceau; b) 1844 casser le morceau; c) 1866 emporter le morceau (ZOLA, Mes haines, p.222). Dimin. de mors; suff. -eau. Fréq. abs. littér.: 6231. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 6388, b) 11034; XXe s.: a) 12347, b) 7708. Bbg. BARB. Misc. 1 1925-28, p.33. — GOHIN 1903, p.372. — GRÖBER (G.). Etymologien. In: [Mél. Caix (N.) et Canello (U.A.)]. Firenze, 1886, p.46. — MACK. t.2 1939, p.185. — QUEM. DDL t.19. — Sculpt. 1978, p.525, 613.

morceau [mɔʀso] n. m.
ÉTYM. 1480; morsel, v. 1120; morcel, v. 1155; dér. de l'anc. franç. mors, du lat. morsus, proprt « morsure » et suff. -el, -eau.
1 Partie d'un aliment, d'un mets solide que l'on saisit en mordant. Bouchée. || N'avale pas un si gros morceau, tu vas t'étouffer.Par ext. Partie, quantité plus ou moins grande, qui a été séparée d'un aliment, d'un mets solide (soit pour être mangée en une bouchée, soit pour constituer une portion, une part). || Morceau de pain ( Bout, bribe, chanteau, entame, miette, quignon). || Un morceau de fromage (→ Happer, cit. 5), de jambon ( Tranche), de lard (→ Fricot, cit. 2). || Morceau coupé fin de poisson ( Darne), de saucisson ( Rondelle). || Morceau de viande (→ Caporal, cit. 1; cuiller, cit. 3). || Morceau de sucre (un sucre); sucre en morceaux. || Morceau de tabac qu'on mâche. Chique.
1 Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
La Fontaine, Fables, I, 1.
2 Il était homme à manger un bout de fromage sur un morceau de pain (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, X, p. 77.
Par ext. Mets entier détaché ou pouvant être détaché d'un tout (bête de boucherie). Mets, plat (→ Arbitre, cit. 6; friandise, cit. 1; gourmet, cit. 4). || Les fins (cit. 7), les bons morceaux. || Morceau exquis (→ Gras, cit. 21).Vx. || Morceau friand.Morceau de choix, de roi (au fig. chose très désirable). || Les bas morceaux. — ☑ Manger (cit. 3) un morceau : faire un repas léger, une collation.
3 Une fois le pansement fait, le médecin fut invité, par M. Rouault, lui-même, à prendre un morceau, avant de partir.
Flaubert, Mme Bovary, I, II.
4 (…) madame Hugon se lamenta en femme de ménage, racontant que les bouchers devenaient impossibles; elle prenait tout à Orléans, on ne lui apportait jamais les morceaux qu'elle demandait.
Zola, Nana, VI.
Par métaphore.Avoir, obtenir qqch. pour un morceau (une bouchée) de pain.Absolt.Compter les morceaux à qqn.Gober le morceau (→ Se laisser attraper).Mâcher les morceaux à qqn.Emporter le morceau. — ☑ Fam. Casser, lâcher, manger le morceau : avouer, parler (→ Se mettre à table). — ☑ Fam. Un gros morceau (à avaler) : qqch. dont on vient difficilement à bout.
2 (XIIIe). Partie (d'un corps, d'une substance solide). Bout, bribe, division, fraction, fragment, grain, parcelle, part, particule, partie, pièce (vx), portion, quartier, segment, tronçon. || Morceau de métal, de fer. Lingot, masse. || Morceau de lave (→ Bâtir, cit. 49). || Morceau de terre. Motte. || Morceau de verre. Débris, éclat. || Morceau de bois ( Chicot), de cire, de savon (→ Boîte, cit. 9).Morceau de carton (→ Méthodique, cit. 2). || Des morceaux de papier (→ Crayon, cit. 1; 1. faux, cit. 57). || Morceau de drap (→ Façon, cit. 6; figure, cit. 27), d'étoffe (→ Haillon, cit. 2), de linge (→ Faim, cit. 3). Chiffon, échantillon, lambeau, retaille.Morceau de corde (→ Ficelle, cit. 1), de ficelle.Concasser, couper, déchirer, mettre, réduire en morceaux. Morceler; briser, casser, découper, dépecer, hacher, pulvériser; miette (réduire en miettes), pièce (mettre en pièces) → Déchiqueter, cit. 5; friand, cit. 8; ferraille, cit. 1. — ☑ (1619). En mille morceaux : en de nombreux fragments, en parlant d'un objet cassé.Enlever un morceau à qqch. Entamer. — ☑ Loc. Les morceaux en sont bons, se dit de ce qui, même brisé ou partagé, garde de la valeur.
5 Elle relut cette lettre et, à défaut d'un buvard, l'agita un instant pour en sécher l'encre; mais au moment de la plier pour la mettre dans une enveloppe, elle se ravisa tout à coup et la déchira lentement, en quatre morceaux.
J. Green, Adrienne Mesurat, III, I.
Par exagération ou par métaphore :
6 (…) nous avions toujours les larmes aux yeux de voir ce pauvre homme en pièces et en morceaux. Il faut avouer que les chirurgiens de Paris sont d'habiles gens.
Mme de Sévigné, 909, 5 mars 1683.
7 Je viens à vous, Seigneur, père auquel il faut croire,
Je vous porte, apaisé,
Les morceaux de ce cœur tout plein de votre gloire
Que vous avez brisé (…)
Hugo, les Contemplations, IV, XV.
(1672). Par ext. Partie distincte, mais non séparée (d'un tout). || Un morceau de terre. Coin, lopin, parcelle. || Division d'une propriété en plusieurs morceaux. Morcellement.
8 Alexandre fût resté néanmoins le grand bénéficiaire si on lui eût livré les Balkans, cet énorme morceau d'Europe que ses soldats, après tout, n'avaient nullement conquis.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, « Vers l'Empire d'Occident », XXIV.
Par métaphore. || Un bon morceau de… Partie.
Loc. Composé, fabriqué (cit. 15), fait de pièces et de morceaux. Disparate (→ Bigarré, cit. 4; marqueterie, cit. 3; et aussi bribe, cit. 3). aussi Mosaïque, patchwork, pièce (infra cit. 33), puzzle; → De bric et de broc. || Morceaux empruntés de droite et de gauche (→ Arlequin, cit. 5). || Morceau par morceau.
9 Il s'était mis à récapituler sa journée; à la juger morceau par morceau.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XII, p. 120.
3 (1666). Fragment, partie d'une œuvre littéraire. Extrait, passage. || Morceau excellent (→ Excitant, cit. 7), faible (→ Glisser, cit. 31). || Enchaîner les morceaux d'un ouvrage (→ Logicien, cit. 3).
(1835). Morceaux choisis : recueil contenant des passages d'auteurs ou d'ouvrages divers. Analecte (vx), anthologie, chrestomathie, compilation, florilège.Spécialt. Partie d'une œuvre particulièrement réussie, et digne d'être prise pour modèle. || Morceau d'éloquence, de déclamation (→ Imprécation, cit. 5). || Morceau d'anthologie.Morceau de bravoure.
10 J'ai relu, il y a quelques jours, l'entrée d'Eudore à Rome (des « Martyrs »), qui passe pour un des morceaux de la littérature française et qui en est un.
Flaubert, Correspondance, 365, 29-30 janv. 1853.
Par ext. Ouvrage (poème, discours…) considéré dans sa totalité (→ Authentique, cit. 11).
11 Une de vos poésies, le Chant d'une jeune fille, peint ces moments délicieux où l'allégresse est douce, où la prière est un besoin, et c'est mon morceau favori.
Balzac, Modeste Mignon, Pl., t. I, p. 437.
4 (1694). Mus. Fragment complet (d'une œuvre instrumentale qui en contient plusieurs) lorsqu'il ne s'agit pas d'une forme fixe, telle que la sonate (on parle alors de mouvement). || Les deux premiers morceaux d'Iberia (→ Bougrement, cit. 1).
Cour. Partie (d'une œuvre musicale); partie (du programme d'un concert) et, par analogie, d'un spectacle quelconque (→ Humide, cit. 3). || Le public a vivement applaudi le dernier morceau.Œuvre musicale généralement assez courte considérée comme un tout. || Morceau de piano. || Morceau de concours. || Morceau gradué pour l'étude. Étude. || Exécuter un morceau.
Mus. vocale. || Morceau de chant. || Morceau d'expression (cit. 31). || Morceau d'ensemble dans un opéra, qui se chante à plusieurs voix concertées.
12 C'était une musique tour à tour joyeuse et mélancolique, mais dont seules les parties allègres et rapides arrivaient aux oreilles d'Adrienne. Elle écouta. Le morceau ne fut pas long et ne comptait évidemment que comme hors-d'œuvre.
J. Green, Adrienne Mesurat, III, IX.
Par métonymie. Partition musicale.
13 Une pile de morceaux de musique aux tranches fripées et lacérées s'affaisse sur un fauteuil.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXI, p. 165.
5 (XVIIIe). Arts. « Fragment de peinture considéré uniquement au point de vue de l'exécution, du rendu » (L. Réau). || Morceau de peinture (→ Faire, cit. 225; et aussi finir, cit. 2).(1690). Œuvre d'architecture, de peinture, de sculpture considérée comme un tout (→ Femme, cit. 34). || Morceau d'architecture.
14 Ce superbe morceau (l'Aurige de Delphes) d'un simplisme archaïque manifeste cependant, comme telle statue de Memphis, un souci du réel à quoi la sculpture classique ne nous avait point accoutumés.
Louis Bertrand, le Livre de la Méditerranée, p. 311.
6 Loc. fig. et fam. Un beau morceau de femme : une belle femme.(Avec un qualificatif). Femme. || Un beau morceau.
15 Je l'ai laissée tomber sec (…) Pourquoi as-tu plaqué un morceau pareil ?
J. Cau, la Pitié de Dieu, p. 28.
Aussi : un morceau de roi.
16 Je me connais en femmes, et je puis juger la fleur d'après le bourgeon. La Chiquita, comme l'appelle ce maraud basané, sera dans deux ou trois ans d'ici un morceau de roi (…)
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, XII.
DÉR. (De l'anc. forme morcel) Morceler. — Argot fam. Morcif.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • morceau — Morceau. s. m. Bouchée, partie d une chose bonne à manger, & separée de son tout. Gros morceau. petit morceau. bon morceau. morceau delicat, friand. morceau de pain. morceau de viande. manger, mascher, avaler un morceau. couper un morceau. couper …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Morceau — Nom surtout porté dans la Vienne. Le mot morceau est un dérivé du verbe mordre, écrit le plus souvent morsel au moyen âge : il signifiait morsure, bouchée, puis a pris peu à peu son sens actuel. Difficile de savoir quel est son sens dans le nom… …   Noms de famille

  • Morceau — Mor ceau , n. [F.] A bit; a morsel. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • morceau — [mō̂r sō′] n. pl. morceaux [mō̂rsō′] [Fr: see MORSEL] 1. a morsel; bit; fragment 2. a short composition, passage, or excerpt, as of poetry or music …   English World dictionary

  • morceau — (mor sô) s. m. 1°   Portion séparée d une chose solide, bonne à manger (ce sens est le premier, puisque, étymologiquement, un morceau est une chose mordue, une bouchée). Morceau délicat, friand. Couper un morceau. •   On vous met le premier à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • morceau — nm. (petit) ; partie ; bouchée ; (petit) bout (de cellier, de terre, de jardin, de tissu, ...) : BOKON nm. (Aillon Vieux 273, Albanais 001, Annecy 003, Attignat Oncin 253, Albertville 021, Arvillard 228, Balme Sillingy 020, Bogève 217, Chambéry… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • MORCEAU — s. m. Partie séparée d un corps solide et continu. Un morceau d étoffe, de bois, de pain, de viande, etc. Couper un aloyau par morceaux. Mettre en morceaux. Cet habit n est fait que de pièces et de morceaux .  Il se dit, absolument, d Une portion …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MORCEAU — n. m. Partie séparée d’un corps solide et continu. Un morceau d’étoffe, de bois, de pain, de viande, etc. Mettre en morceaux. Il se dit spécialement d’une Portion séparée d’une chose solide qui peut être mangée. Gros, petit, bon morceau. Morceau… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • morceau — Un Morceau de quelque chose que ce soit, Frustum. Morceau de pain ou autre chose, Bolus. Petit morceau, Buccella. Le petit morceau qu on a coupé de quelque chose, Recisamentum. Un petit morceau de chair, Caruncula. Petit morceau et piece quarrée… …   Thresor de la langue françoyse

  • morceau — n.m. Un beau morceau, une belle fille. / Manger ou cracher le morceau, avouer, dénoncer, se mettre à table. / Casser le morceau à quelqu un, lui dire ses vérités. / Casser un morceau, faire un repas frugal. / Emporter le morceau, enlever une… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.